Le Canada, c’est plus qu’un pays, c’est un continent ! On vient pour goûter à une nature généreuse dans tous les sens du terme car le pays offre un fabuleux terrain de jeux pour explorer des grands espaces et déguster les saveurs puisées directement sur place. On pêche sur d’immenses lacs gelés, on se réchauffe en pleine nuit blotti près d’un feu de bois, on traverse la forêt boréale en moto neige, en raquettes, en chiens de traineaux, en skis. Immersion pour quelques jours dans la province de Québec.
Par Patricia Parquet

DANS UN LABYRINTHE ENNEIGÉ

Le trajet entre l’aéroport de Montréal et Sainte-Christine d’Auvergne à 45 minutes de Québec nous donne une première idée de l’étendue du territoire : des forêts gavées de neige à perte de vue, des villages clairsemés, des maisons à l’architecture typiquement nord-américaine. La magie de la province la plus chère au cœur des habitants de la vieille France opère dès la première nuit, passée au « Chalet en Bois Rond », un village de 55 chalets en pin rouge, caché au milieu d’une forêt de sapin, donnant l’impression d’être seul au monde. La Cabane au Canada, version grand confort, avec un chef qui a préparé pour nous des côtes levées fumée au charbon de bois, sauce bière et érable.

Au petit matin, la température affiche -10°C quand nous découvrons la meute d’Alaskans Huskies, déjà très excitée à l’idée de se préparer pour leur première sortie de la journée. Conduit par 8 chiens, notre traineau glisse tout en douceur entre les épinettes noires, les érables et les sapins. Nous sillonnons la forêt dans un labyrinthe de neige et d’arbres que l’on découvre chaudement emmitouflés de la tête au pied. Le froid demande à être apprivoisé, il fait partie intégrale de l’expérience et il y a une certaine jubilation à s’équiper comme un coureur des bois.

Dans un décor assez semblable à la station touristique Duchesnay, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, 50 km de pistes de ski de fond nous conduisent à travers les bois. Le silence est parfois brisé par le hurlement des chiens huskies au loin. Ici, les skieurs qui se croisent ont toujours un mot sympathique pour se souhaiter « Une belle journée ».

À la nuit tombée, j’enfile mes vêtements les plus chauds pour une dernière balade sur un sentier éclairé par des flambeaux jusqu’au lac gelé de Saint-Joseph tout proche. Avec un peu d’appréhension, je marche pour la première fois de ma vie sur un lac gelé, qui brille sous la lueur des étoiles.

 

VIEILLE VILLE DE QUÉBEC, TRÉSOR CLASSÉ

« Bon matin ! » L’expression spontanée met d’emblée de bonne humeur. La chaleur des habitants est proportionnelle à la température extérieure. Il vous accueille comme un proche cousin et pratique le tutoiement qui simplifie le contact.

L’air est vif comme une claque, dans la ville de Québec. Pas de quoi freiner les skieurs de fond dans le parc des Plaines d’Abraham. La semaine précédente, le thermomètre affichait -36° ! Un tour à pied permet de se plonger dans l’histoire de cette ville fondée en 1608, pour admirer les fortifications de la Citadelle de style Vauban et visiter les nombreux quartiers (il en existe 35) de la vieille ville, classée Patrimoine de l’Unesco depuis 1985. Pour avoir une très belle vue sur le mythique fleuve Saint-Laurent, je me rends devant le majestueux château Frontenac, un hôtel emblématique du Vieux Quartier. Depuis la terrasse panoramique, je regarde les bateaux de marchandises traverser le fleuve, à moitié gelé en brisant les blocs de glace sur leur passage. On pénètre dans les rues du Petit-Champlain pour faire du magasinage (surtout ne dites pas shopping, ici on évite les mots anglais). Devant une cabane à sucre, des touristes versent un trait de tire d’érable sur une table haute recouverte de glace qu’ils enroulent sur un bâtonnet pour se confectionner une sucette. Le sirop d’érable, 100% naturel, nous accompagne tous les jours dans nos assiettes. C’est au mois de mars que débute la période de récolte, l’occasion de célébrer le produit star sous toutes ses formes.

AU CŒUR DE LA FORÊT BORÉALE

Raquettes aux pieds, j’arpente pendant 3 km le Sentier des Caps, sur le Massif de Charlevoix, à travers la forêt boréale, recouverte d’une neige fine soufflée par le vent. Le bruit des arbres qui craque donne l’impression qu’un animal vient de vous passer sous le nez. J’aperçois au pied des sapins des écorces arrachées et des troncs griffés. Un ours serait peut-être passé par là avant d’hiberner ? Des lynx et des orignaux habitent aussi ce secteur proche des parcs nationaux. Je marche d’un bon pas pour rejoindre le refuge de Liguori. Dans les sous-bois, la neige est compacte, on ne glisse pas, même dans les pentes. À l’arrivée, je suis récompensée par une vue plongeante sur l’Isle-aux-Coudres au beau milieu du Saint-Laurent et l’archipel des îles de Montmagny. La couleur bleu-gris du fleuve et du ciel se confondent donnant un sentiment d’espace infini. Le fleuve, d’environ 1200 km de long, est l’un des plus grands d’Amérique du Nord ; il est en partie salé, comme une mer intérieure.

CHARLEVOIX ET LA ROUTE PANORAMIQUE DU FLEUVE

Sous le soleil et un magnifique ciel bleu acier, nous empruntons la route du fleuve qui nous conduit de la Baie-Saint-Paul à La Malbaie (58 km), considérée comme l’une des plus belles routes panoramiques d’Amérique du Nord. À travers la vitre du mini bus, je ne quitte pas des yeux le fleuve Saint-Laurent, avec des gros blocs de glace accrochés à ses rives. La montagne est une succession d’imposantes collines blanches et boisées que nous découvrons ce matin en motoneige.

Habillée d’une épaisse combinaison, d’une cagoule, d’un casque intégral, de gros gants et d’épaisses bottes de neige, je prends place sur une puissante motoneige. Durant près de deux heures, nous parcourons 50 km avec des étendues de forêt à perte de vue. Sur mon chemin, je croise un écureuil, des patineurs, des skieurs de randonnée, des traces de renard, de cerf de Virginie et de lièvre d’Amérique. Le pays exprime ici toute son immensité. Proche de l’arrivée, nous traversons le terrain de golf du Fairmont Le Manoir Richelieu. Mon regard trouve alors le fleuve Saint-Laurent qui réapparaît comme un ami fidèle. Il brille sous le soleil.

PÊCHE BLANCHE RIME AVEC PATIENCE

Tandis que le froid nous mordille les joues (-19° tout de même), notre guide de pêche découpe avec une perceuse à glace des trous parfaitement ronds sur 60 cm de profondeur, dans le lac du Domaine de Pic-Bois à Saint-Aimé-des-Lacs. Au bout de ma canne en bois, un ver de terre sert d’appât. Armée de patience, je laisse pourtant échapper une des petites truites mouchetées qui a mordu à mon hameçon. Au bout d’une heure, je m’installe dans la petite cabane rouge qui fume, l’une des six petites touches colorées, posées sur le lac gelé. Juste quelques minutes près du poêle à bois pour se réchauffer. Calme plat, pas un bruit. L’été, on vient aussi pour observer les ours noirs et les castors. Avant de prendre la route du retour, je fais une étape à Baie-Saint-Paul pour visiter les galeries d’art de la rue principale et prendre le temps d’admirer l’architecture des maisons, typées nord-américaines. Rangées les unes à côté des autres, teintées de couleurs vives, elles offrent un air de western cosy et tranquille. Je quitte le soleil et ses lumières magiques pour retrouver l’aéroport de Montréal sous la neige. La tempête est annoncée. Quel contraste. L’hiver n’a pas encore offert son dernier flocon de neige.

 

MON CARNET D’ADRESSES

• Y aller
Air Transat dessert Montréal tous les jours au départ de Roissy CDG et au départ de 7 villes de province de mai à octobre. La ville de Québec est accessible en direct de Paris par 4 vols par semaine (même période). Air Transat propose l’option multi-destinations, permettant d’atterrir dans une ville et de repartir d’une ville différente, sans frais supplémentaires. Tarifs A/R à partir de 370 € TTC.
Les vols domestiques permettent à la clientèle de province de rejoindre Québec, Toronto ou Vancouver avec une correspondance à Montréal.
www.airtransat.fr

• Organiser son voyage
www.quebecoriginal.com

Où dormir
Au Chalet en bois Rond
Village nature et plein air avec 55 chalets
Activités sur place : chiens de traineau, motoneige, pêche blanche, raquettes, patin à glace…
Sainte-Christine d’Auvergne, Québec (à 45 min de la ville)
www.auchaletenboisrond.com

Hôtel Le Germain Québec
126 rue Saint-Pierre à Québec
www.legermainhotels.com/quebec

Hôtel et Spa Le Germain Charlevoix
50 rue de la Ferme Baie-Saint-Paul à Charlevoix
www.legermainhotels.com/charlevoix

Fairmont Le Manoir Richelieu 5*
à La Malbaie
www.fairmont.com

• Où se restaurer
Le Clocher Penché Bistrot
Produits de la ferme à l’assiette
203 Saint-Joseph Est à Québec
www.clocherpenche.ca

Restaurant Légende par La Tanière
255, rue Saint-Paul à Québec
www.restaurantlataniere.com

• À faire
Visiter l’hôtel de glace
Sur le site du Village Vacances Valcartier
A Saint-Gabriel-de-Valcartier
www.hoteldeglace-canada.com

Ski de fond
Station touristique Duchesnay
À Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier
www.sepa.com/ct/duc

Randonnée en motoneige, région de Charlevoix
La Malbaie, proche de l’hôtel Fairmont Le Manoir Richelieu
Top Location www.motoneigecharlevoix.com

Pêche blanche
Domaine Le Pic-Bois Pourvoirie
www.lepicbois.com

Randonnée raquettes sur le Sentier des Caps de Charlevoix
www.sentierdescaps.com

 

Tags: ,