Au bord du lac du Pêcher dans cette jolie enclave boisée que l’on appelle « pays de Murat » (rassemblant treize communes), deux fous de nature séduits par cette terre profonde et volcanique, en recherche d’une véritable « harmonie originelle », ont ouvert une maison inattendue à la façade de cinquante mètres, qu’ils ont appelé « Instants d’absolu ». Une libre interprétation d’un écolodge, façon auvergnate dans ce paysage qui peut faire songer aux grands espaces canadiens ou à l’aridité d’une lande irlandaise. Lieu idéal pour lire Stevenson ou Molly Keane. Par Gilles Brochard / Photos Ludovic di Orio

 

Venus de Megève où ils travaillaient dans l’hôtellerie de luxe, Laurence Costa et son compagnon Daniel Siégel, ont réaménagé – sur un terrain de 30 hectares – une bâtisse tri-centenaire construite en pierre grise, granitique, habillant les treize chambres d’un décor subtil, sobre et contemporain qui s’inscrit dans trois dimensions : la forêt (tons chocolat et écorce), le lac (tons beige et ivoire) et les volcans (tons gris anthracite, noir et rouge). « Faire entrer la nature dans les chambres », voilà l’idée de départ. Trois horizons, trois univers et des matières adaptées, chaleureuses et chatoyantes. Les lits sont confortables, les fenêtres abolissent l’espace, et la simplicité un rien sophistiquée encourage à la paresse, à la sérénité et au silence. Une peau de vache, une chaise « safari », un écritoire, une grande malle cabine, une vasque marbrière, des tables de nuit en rondins de bois, voilà pour les détails.

Chaque convive est associé à toute la sensibilité qui se dégage à l’intérieur des murs, du salon à la salle à manger, des chambres au spa. Comme le souligne avec le sourire Laurence Costa, heureuse maîtresse de maison : « Le luxe, il est à l’extérieur de la maison. Il faut que l’on se sente bien à l’intérieur pour apprécier l’extérieur. À chacun de faire entrer la nature en soi. » Et quelle nature ! La belle forêt de La Pinatelle et son pôle équestre, des chemins de garde, des sentiers odorants, un lac poissonneux, un observatoire tout en bois au-milieu de rochers pour reconnaître le faucon crécerelle aux ailes cendrées, le foulque macroule dont le bec et l’écusson frontal semblent maquillés de blanc, le grèbe huppé né coiffé, le hibou moyen duc au plumage roux argenté ou l’élégante bécassine des marais à long bec… Inutile de chercher leur pedigree dans les livres, une naturaliste se fera un malin plaisir de tout vous raconter et de vous conduire dans ce refuge pour mieux les surprendre et regarder leur image sous des planchettes en bois. Et comme la première neige est là qui recouvre cet environnement généreux, l’établissement propose des randonnées en traîneaux tirés par des chiens comme dans n’importe quelle station de ski. Mais ici, c’est un vrai régal de se laisser glisser dans une campagne ondoyante et secrète sous les nuages ou un ciel bleu traversé par une lumière rasante.

Nous ne sommes pas loin du massif de La Pinatelle, du puy Mary (1757 m d’altitude) que l’on peut grimper en une demi-heure avec de bonnes chaussures, pour observer les marmottes et les monts les plus éloignés reliés entre eux comme un archipel de crêtes infini : puy de la Tourte, brèche de Roland, Peyre-Arse, notamment. Autre promenade : le caressant village de Murat avec le prieuré Sainte Thérèse (centre de prières ouvert à tous),  la librairie « Aux belles pages », ouverte il y a un an par Daniel Kiernan, un Irlandais amoureux du Cantal ; « La maison de Justine », chambres d’hôtes de charme et salon de thé dédié à Dalida où l’on savoure un succulent miel aux noisettes avec des madeleines maison ; et une ancienne crèmerie transformée en bar à vins, « L’Arôme antique », lancé il y a deux ans par le jeune Mickaël Chelly qui cuisine de véritables plats de bistrot canailles…

À table

Justement, à propos de table, de retour au lac du Pêcher, il faut goûter le soir aux spécialités du breton Sébastien Chapelle, 28 ans, qui a adopté ces  « Instants absolus »  en exilé conquis. Il cuisine comme en famille (27 € le repas) : la soupe de potimaron, la pintade fermière, le flan de blette au romarin, les lentilles blondes de la Planèze (en confiture, c’est aussi un délice), et la queue de bœuf Salers au vin rouge d’Auvergne qu’il fait mijoter trois à quatre heures, que l’on mange accompagnée de fenouil braisé, la cuisse de pintade fermière à la châtaigne et le pied de cochon aux pois blonds de la Planèze. Et comme dessert, ses spécialités, selon la saison : pommes de Corrèze farcies, cuites au four, fraises déglacées au vinaigre balsamique, glace pain d’épices. Reste à rejoindre l’espace bien-être, se glisser dans un baquet pour faire un hammam suédois, ou un sauna finlandais classique, à moins que l’on préfère sortir et faire un jacuzzi sous les étoiles exactement…

Instants d’Absolu – Ecolodge & Spa – Lac du Pêcher – 15300 Chavagnac – Cantal.
Téléphone : 33 (0)4 71 20 83 09

 

 

Tags: ,