Créé il y a six ans, le Prix National de la Construction Bois (PNCB) met à l’honneur et valorise l’utilisation du plus noble des matériaux dans la construction. Chaque année, un jury composé de professionnels (architectes, ingénieurs, designers) étudie et départage un nombre toujours croissant de candidats. Créativité, innovation et viabilité technologique sont au coeur des discussions, au même titre que la qualité architecturale, l’insertion paysagère et, bien sûr, l’approche environnementale. Pour Anouk Legendre, architecte engagée en faveur du bâti bio-sourcé et présidente du jury 2018, le bois dans la construction est à l’aube d’une grande carrière : « Pour le secteur de la construction, le bois apparaît désormais à la fois performant et économique. Si la ressource en forêt suit, le futur lui est promis. »
Bâtiment public, bureau, maison individuelle, logement collectif ou encore oeuvre d’art, le PNCB met en avant le savoir-faire et les possibilités – presque – illimitées que le bois peut offrir, à l’image des lauréats présentés dans ces pages.

Terre de construction bois par excellence, les Alpes ne sont pas en reste quand il s’agit d’innover dans le domaine : à La Clusaz, Assas Hotels et Charpente Concept ouvriront en décembre les portes d’un hôtel de cinq étages, le St-Alban, bâti intégralement en bois. Une véritable prouesse technique qui aurait sans aucun doute un franc succès auprès des jurés du Prix National de la Construction Bois !

 

Légendes :

Photo principale : La « Pomme de Pin » a reçu la mention Micro-Projet : sa structure résille en ellipse, en chêne de Bourgogne, opère une rotation à la demande, tandis que les ailettes en carbone réagissent à la température en se soulevant et en s’abaissant. Architecture : Emmanuel Dupont, Zéro Carbone Architectes.

Ci-dessous, à gauche : Lauréat de la catégorie Logement individuel, la maison « Entre Les Murs » affiche les principes de l’architecture bio-climatique. Architecture : Jean-Baptiste Barache, ARBA.

Ci-dessous, à droite : « Anima Motrix » est un parcours de six oeuvres, conçues selon des principes biomimétiques, c’est-à-dire en observant le génie constructif et le rapport au lieu des animaux. La dimension artistique autant que technique a été saluée par le jury. Architecture : Pierre-Yves Péré, Derive. 

 

 

Tags: ,