recyclage_maximum_04
Maximum
est une manufacture de mobilier qui puise toute sa matière première dans les pertes de productions industrielles. Leurs meubles sont des pièces uniques produites en série qui valorisent les déchets générés régulièrement par leurs partenaires industriels. Comment faire le maximum en détruisant le minimum… Explications !

Maximum est né d’un projet porté par trois entrepreneurs de 26 ans, amis de longue date. Romée et Basile (EnSAD) construisent avec Armand (EM Lyon) une nouvelle façon de produire, en réponse aux préoccupations de leur génération, chargée de penser la transition vers une économie écologiquement viable. L’idée est simple : créer une manufacture qui conçoit et fabrique du mobilier en série à partir des pertes de matières générées par les industries de leur région.

« Nos meubles sont dessinés en fonction de la forme des déchets, afin de réemployer tout le travail que l’industrie a fourni pour transformer la matière en objet. Cette forme devient vecteur de créativité, et nous cherchons a exploiter au maximum son potentiel qui se mettra au service d’une esthétique originale et de qualité. Nous créons une dynamique d’économie circulaire en plaçant les déchets des industries au départ d’un nouveau cycle de production. »

IDÉOLOGIE ÉCOLOGIQUE

Au cours de son processus de production, l’industrie française rejette plus d’un tiers de la matière première qu’elle transforme pour répondre à notre besoin croissant de consommation. 350 millions de tonnes de matériaux finissent ainsi chaque année dans les bennes des usines Françaises. Dans de telles quantités, cette perte représente une ressource pouvant alimenter une multitude de productions.

« Les bennes des industriels ne sont pas pleines de lingots de métal, ou de granulés de plastique vierge« , précisent les acolytes associés. « Jusqu’à leur mise au rebut, ces matériaux ont été travaillés et usinés, ils ont acquis une forme, une couleur et une technicité. En somme, l’industrie a transformé la matière en objets. Produire à partir de ces déchets, c’est avant tout valoriser le travail déjà réalisé sur la matière. C’est faire du déchet un semi-produit, de son producteur un sous-traitant« .

Issues de productions en séries, ces pertes ont une forme récurrente et sont générées quotidiennement. Ces attributs permettent d’intégrer ces déchets au départ d’une nouvelle production sérielle. On peut donc le dire, les meubles Maximum vident les poubelles de leurs partenaires et sauvegardent littéralement l’énergie dépensée par les industriels à donner une forme à la matière, tout en épargnant celle qu’il faut normalement mobiliser pour donner aux matériaux la forme d’une table, d’une chaise, d’une étagère.

LA PREUVE PAR L’EXEMPLE
3 produits Maximum totalement fabriqués grâce aux pertes de matières générées par les industries de sa région.

recyclage_maximum_01La Table Clavex 680
Sa structure, son plateau et son revêtement sont jetés quotidiennement, victimes du pragmatisme industriel. Ses pieds et sa structure proviennent de vieux échafaudages de la société Altrad-Plettac abîmés par de longues années de location. La peinture qui recouvre tout ça provient des pertes d’epoxy, cette poudre déposée sur les pièces métalliques avant d’être cuite sur la surface à couvrir. Lors de l’application, une partie des poudres s’envole dans les circuits d’aspiration, se brassant au fil des journées dans les bacs de récupération. Chaque Clavex porte ainsi une couleur unique, mélange de poudres perdues au fil des productions. Les plateaux de verre, eux, sont des anciennes cloisons vitrées récupérées après qu’elles aient été déposées pour travaux de rénovation. En général, parce qu’elles ne se redécoupent pas, ces plaques de verre en parfait état finissent toujours en déchèterie, victimes de leurs dimensions figées rendant difficile toute réutilisation. Seul un projet comme la table Clavex peut leur éviter ce destin brisé.

recyclage_maximum_02La chaise Gravêne 75
Gravêne est une « flaque » de plastique devenue fauteuil en coulant sur un moule. Le déchet est transformé en objet chez l’industriel, à l’instant même de son apparition grâce aux purges de plastique de la société A. Schluman qui, lorsqu’elle change la couleur du plastique qu’elle travaille, elle fait nécessairement couler plusieurs kilos de matière de la nouvelle teinte afin de purger la machine des résidus de l’ancienne couleur. La purge déverse alors des flaques de plastique multicolore qui se moulent sur le sol, et sèchent avant d’être jetées. Ce processus provoque quotidiennement la perte de plusieurs centaines de kilos d’un polymère réputé pour ses performances mécaniques et sa bio-compatibilité.
Plutôt que de s’écraser sur le sol de l’usine, le plastique en fusion se déverse sur un moule d’assise signé Maximum. La coque obtenue fera s’opposer une face intérieure maitrisée et confortable avec une surface extérieure irrégulière portant le récit de son procédé de fabrication.
Chaque coque est unique, son dégradé de couleurs varie au fil des purges. Le bois utile à la fabrication des pieds provient d’anciens parquets massifs des immeubles parisiens, lesquels ont subi les outrages du temps et sont généralement destinés à être incinérées. Mais ça c’était avant Maximum bien sûr…

recyclage_maximum_03La tabouret Rotoman 25
Rotoman est un test industriel redessiné, alors qu’autrefois il était jeté après observation. Hier, sa forme inutile le condamnait au recyclage. À présent, chaque test de ce type met au monde un tabouret plutôt qu’un déchet. Objet éphémère par définition, le rotoman est une série tests permettant de contrôler la réaction des plastiques lors de moulages particulièrement fins. Il doit son infime durée de vie au faible potentiel de leur forme, répondant de manière très pragmatique à un cahier des charges technique.
Chez A. Schulman, un opérateur doit vérifier la conformité de chaque plastique produit. Ainsi, tous les jours, quelques épreuves sont
moulées, observées, puis jetées. Le nouveau moule propose à la place un tabouret tatoué de tests. Après avoir délivré aux ingénieurs ses précieuses informations, il trouvera en tant qu’assise un rôle durable dans notre quotidien.

 

Tags: , , , ,