ZahaHadid06

L’architecte urbaniste Zaha Hadid s’est éteinte à l’âge de 65 ans, le 31 mars 2016 à Miami. Née en 1950 à Bagdad, en Irak, elle commence par suivre des cours de mathématiques à l’université américaine de Beyrouth avant de rejoindre l’Architectural Association, une grande école d’architecture londonienne. Diplômée en 1979, elle ouvre son cabinet « Zaha Hadid Architects » l’année d’après. Artiste contemporaine complète, elle a su séduire et étonner son public en proposant des oeuvres toujours plus innovantes, défiant souvent les lois de la gravité. Son audace lui a permis d’être considérée comme « la plus grande femme architecte du monde d’aujourd’hui » et même de faire partie des femmes les plus puissantes au monde selon un classement publié par Forbes.

Parmi ses plus belles oeuvres, on retrouve le tremplin de saut à ski de Bergisel à Innsbruck, les Opéras de Canton en Chine et de Cardiff au Pays de Galles, le MAXXI (Musée national des arts du XXIe siècle) de Rome, la piscine olympique de Londres pour les Jeux Olympiques de 2014, le centre culturel Heydar-Aliyev de Bakou en Azerbaïdjan ou encore la tour CMA-CGM à Marseille. La liste est longue !

L’architecte anglo-irakienne dispose ainsi d’une renommée mondiale grâce à des constructions présentes aux quatre coins du globe. On reconnait sa signature dans les styles des bâtiments, qui prennent des allures futuristes à la fois étonnantes et déconcertantes avec leurs formes dynamiques, courbes et murs asymétriques. Elle a également signé le design de nombreux objets en collaboration avec de grandes marques comme Artemide ou Adidas.

En tant que figure du mouvement déconstructiviste, Zaha Hadid a été mainte fois récompensée pour son travail. Il s’agit notamment de la première femme a avoir reçu le prix Pritzker en 2004, considéré comme la plus prestigieuse et honorifique distinction en matière d’architecture. Mais l’audace et le talent ont aussi leur revers : au cours de sa carrière, Zaha Hadid a plusieurs fois été décriée pour le côté trop « avant-gardiste » de ses créations, parfois jugées trop coûteuses, voire irréalisables… Une facette de son travail largement balayée par les 18 récompenses qu’elle aura reçu dans sa vie d’architecte, dont, entre autres, la Royal Gold Medal for architecture en 2016, qui reconnaît la contribution substantielle d’un individu à l’architecture internationale.

Texte : Pauline Avogadro

 

Tags: , ,