Chalet_Farniente_13

Dans les environs ensoleillés de Gstaad, l’architecte Mekhala Oltramare aime passer du temps en famille. Son charmant chalet Farniente porte l’écriture d’une équipe créative et symbolise le chic alpin.
Production Kay von Losoncz. Photos Francesca Giovanelli

Sous le large toit, au contact des vieux bois massifs, on ressent une impression de sécurité sereine, accentuée par l’environnement bucolique. «  Le quartier agricole de Gruben, au-dessus de Gstaad, à 1100m est un paradis. Ici, les vaches passent devant la maison, le paysan apporte du lait, de la crème et des œufs, on se connaît, on se salue. C’est un coin de la Suisse qui a conservé toute sa beauté, sans artifice, explique la maîtresse de maison et architecte Mekhala Oltramare. Nous sommes tombés amoureux de Gstaad il y a plusieurs années. Cette région offre les conditions idéales à des vacances d’hiver et d’été avec des enfants ! Et l’architecture locale présente de riches exemples des métiers d’art traditionnels ».

Le bois au cœur
« Dans la région alpine – et particulièrement ici, à Gstaad – je confie volontiers l’exécution aux artisans locaux. Je peux choisir sans stress les plus beaux motifs pour les balcons, les consoles d’avant toit et utiliser les plus beaux matériaux pour l’intérieur ». Couvreur, charpentier ou menuisier, les maîtres bernois n’ont pas oublié les traditions de leur métier : pour eux, tout tourne autour de l’original, la pièce unique et la fierté du travail bien fait. « Le chalet, à la limite d’un pré, a été dessiné et construit par le bureau d’architecture Max Rieder, de Saanen. Heureusement, nous avons pu apporter à temps nos souhaits et faire appel à la décoratrice genevoise Federica Palacios ». Tandis que les charpentiers couvraient de bois la charpente, les menuisiers garnissaient l’intérieur de bois anciens. « Le bois de façade a été sablé et lasuré et nous avons conservé en l’état les bois intérieurs qui ont plus de deux siècles » explique Max Rieder.

Jusque dans les détails
Le vieux bois utilisé pour les poutres, portes, sols, murs et meubles, renforce le caractère alpin. « En montagne, explique Federica Palacios, je préconise le vieux bois qui a du caractère et communique chaleur et générosité ». Dans les différentes pièces, la décoratrice et designer a joué des matériaux, des meubles, des formes et des couleurs. L’ardoise de Norvège pour habiller la cheminée et pour les sols du rez de chaussée. Le granit brossé noir pour la cuisine et la pierre de Pompignan pour la salle de bain parentale. La plupart des meubles ont été dessinés et fabriqués sur mesure, comme la table de jeu, créée par l’artiste parisien Pierre Bonnefille. Federica Palacios n’a rien laissé au hasard, jusqu’aux poignées et aux tringles forgées à la main, jusqu’aux rideaux de lin beige confectionnés par l’entreprise Bruder.

Confort High-tech
Le chalet ouvre plein sud sur la vallée et le village de Gstaad, face au glacier Oldenhorn. Parce que la vue est si belle, le chalet offre plein d’espaces pour en profiter. Des terrasses couvertes prolongent les pièces et des balcons ornent l’étage. A l’extérieur, banquette ancienne et mobilier américain Sutherland donnent une ambiance de lounge alpin, contrastant avec les chaises de Verner Panton qui encadrent la table. A l’intérieur, éclairages soignés et art contemporain distillent une atmosphère vivante et accueillante, tandis que le maitre de maison, Michel Oltramare nous fait la démonstration de son équipement High-tech perfectionné, “Smart Home“. Audio, video, éclairage, cinéma, système de sécurité et de chauffage obéissent au doigt et à l’œil. Magique !