Tignes_Le_Panoramic_04

Depuis qu’il a repris les commandes du Panoramic sur le glacier de Tignes à l’automne 2011, le Chef restaurateur Jean-Michel Bouvier a entrepris de grands changements pour développer l’image et redonner tout le bon goût de ce lieu, certes mythique mais un peu vieillissant.
Par Claude Trinidad – Photos : Agence Merci

Tout a changé, de la cuisine désormais celle d’un grand Chef, à la décoration, œuvre de son épouse Catherine. Elle accorde les tissus et les matériaux nobles comme il fait mijoter les produits qu’il choisit: avec une passion omniprésente de la montagne et de l’alpinisme, avec soin et discrétion.
Les ascensions des sommets alpins, photographiées sur le vif, s’exposent sur les murs, tandis que les viandes crépitent dans la cuisine au feu de bois, que Jean-Michel Bouvier a choisi d’ouvrir sur la salle de restaurant. Alors que des fourrures blanches ont recouvert les chaises, les boiseries, elles, ont été déshabillées de leur vernis et laissées nues. Les étoffes beige et café ont remplacé les traditionnels rideaux rouges, pour plus de clarté. A la manière des refuges de montagne suisses, le Panoramic se veut plus moderne et plus cosy, tendance « luxe naturel ».

Tellement panoramique

Tignes_Le_Panoramic_01Seuls le nom et l’altitude restent intacts : le Panoramic, 3 032 mètres. Car ces deux atouts attirent les yeux et les papilles des skieurs. Hiver comme été, ils débarquent en grand nombre sur la terrasse, immense, d’où ils admirent le panorama à 360° sur tous les sommets environnants : la Grande Motte (3653m) toute proche, la Grande Casse (3855m) point culminant de la Vanoise, la majestueuse Sassière (3747m), et au loin le Mont-Blanc (4810m).

Pour satisfaire ces aficionados de la glisse, à la fois fins gourmets et pressés de dévaler les pistes, Jean-Michel Bouvier a divisé le Panoramic en trois 3 univers. Le Snack-bar directement à la sortie du funiculaire, où l’on dévore entre deux descentes le véritable hamburger de montagne au beaufort et lard paysan. Le Self, où l’on déguste rapidement des plats à base de produits régionaux de saison, en s’attardant toutefois vers le buffet de desserts et friandises maison. Enfin, le restaurant gourmand, plus étonnant, où les poissons frais pêchés dans les lacs du Bourget ou du Léman s’invitent savamment dans les assiettes au sommet de l’espace killy.

La Table, la pièce maîtresse

Tignes_Le_Panoramic_03Chez Bouvier & Co, une seule philosophie donne le rythme du tintement des casseroles : le meilleur du brut. Que l’on retrouve tous les soirs dans le quartier branché de Tignes Val Claret (2100m). Jean-Michel Bouvier y tient le restaurant La Table en Montagne, et le bar de montagne Le Whitney. Autour des massives tables en bois, on y découvre une cuisine de terroir « locavore » où les produits, pour la plupart récoltés à moins de 200 km, sont travaillés en toute simplicité, dans le respect des saveurs originelles.
Poétique, la décoration invite au cocooning. On ne peut que se blottir dans les longueurs de canapés moelleux du bar, autour de la cheminée monumentale ; une oeuvre architecturale tout en métal, réalisée par le sculpteur annécien René Broissand.

www.jeanmichelbouvier.com