De l’imagination, de l’audace et de l’innovation. Il en a fallu aux architectes, aux artistes, aux artisans et aux commanditaires pour façonner l’image d’Aix-les-Bains, ville d’eau, d’art et d’histoire. Décrypter l’architecture d’une ville aide à mieux saisir son passé, comprendre le présent et imaginer son futur. Béatrice Druhen-Charnaux, conférencière, nous emmène découvrir ses plus belles réalisations. Suivez-nous et ouvrez l’oeil !

TEXTE : Patricia PARQUET – PHOTOS : David ANDRÉ

Sous le mont Revard, on aperçoit les anciens palaces : Le Splendide (1884), le Royal (1914) et L’Excelsior (1906). Admirez leurs façades néo-classiques et néobaroques d’un charme fou. Ils accueillaient les grands de ce monde.

Dans l’ancien hôtel Le Splendide, plafond à caissons, colonnes recouvertes de poudre de lapis-lazuli, parquets beaux comme des tapis. On faisait appel aux meilleurs artisans pour réaliser des décors somptueux.

« La beauté des palaces, érigés à la Belle Epoque, dépasse l’imaginaire. On en dénombrait cinq. »

 

DEPUIS QUAND LA CITÉ THERMALE SÉDUIT-ELLE ?

Dès la période romaine, on fréquente les thermes pour profiter des bienfaits des sources d’eau chaude. On assiste à l’essor du thermalisme au 17e siècle grâce au passage d’Henri IV en 1601. En conflit avec le duc de Savoie, il s’arrête à Aix-les-Bains avec sa maîtresse. En prenant un bain dans la piscine romaine, il dira que c’est le meilleur bain qu’il n’a jamais pris. C’est la première publicité d’une tête couronnée pour la ville. Il faut attendre 1783 pour voir la construction du premier établissement thermal de notre époque moderne Aix-les-Bains devient l’une des villes thermales les plus connues au monde durant la Belle Epoque, c’est-à-dire entre 1880 et 1914.

POURQUOI LES GRANDS DE CE MONDE VENAIENT-ILS À AIX-LES-BAINS ?

Si aujourd’hui, les curistes soignent leurs problèmes de rhumatologie, de phlébologie, leurs voies respiratoires, ils venaient aussi autrefois pour soigner la nostalgie, les états d’âme et même la folie. Dès 1800, avec la naissance du romantisme, jusqu’à Seconde Guerre mondiale, le thermalisme est un prétexte pour séjourner à Aix-les-Bains. La ville devient une étape incontournable de la pérégrination de l’aristocratie internationale, au même titre que les bains de mer.

« Vous verrez de l’Art déco avec la Plage d’Aix, ses champignons douche, ses deux rotondes abritant les cabines. »

QUELS SONT LES STYLES ARCHITECTURAUX QUE L’ON DÉCOUVRE LORS D’UNE BALADE ?

Aix-les-Bains était autrefois une petite ville savoyarde à l’écart du lac. Son centre-ville est reconstruit autour du thermalisme. Cette architecture spécifique des villes d’eaux, c’est-à-dire très éclectique, qu’on retrouve dans les villes thermales va naître en périphérie et sur les coteaux. Une architecture de villégiature, très exubérante, ostentatoire, élégante et raffinée, gaie et festive. La différence avec d’autres villes d’eau, c’est la forte présence de la nature, des jardins, des parcs. La nature est un élément du patrimoine.

QUELS ÉTAIENT AUTREFOIS LES HÔTELS LES PLUS FASTUEUX ?

La beauté des palaces, érigés à la Belle Epoque, dépasse l’imaginaire. On en dénombrait cinq : l’hôtel de l’Europe (dans lequel est descendu la reine Victoria), le Grand Hôtel Bernascon, le complexe SpendideRoyal-Excelsior qui était un seul hôtel en trois bâtiments. Les anciens très beaux hôtels sont aujourd’hui tous reconvertis en appartements ou sont en phase de transformation.

QU’EST-CE QUI CARACTÉRISE LES PLUS BELLES VILLAS DE L’ÉPOQUE ?

Elles sont implantées le long des axes qui mènent au lac, le petit port, le grand port, sur les coteaux et contreforts du Revard. Avec différentes influences néo régionalisme, néo normand, Art déco, elles présentent toutes un style très éclectique. Soit ce sont des résidences secondaires comme le Chalet Charcot, soit ce sont des villas que l’on loue. À l’époque, chaque palace possède une villa annexe qui permet de ne pas être mélangé à la clientèle hôtelière.

Ci-dessus, la terrasse couverte du Splendide avec ses plafonds remarquables

EN QUOI LE CASINO EST-IL REMARQUABLE ?

C’est le bâtiment de la fête et du paraître, tout doit être magique. Les plus grands artistes et artisans de l’époque sont appelés pour en assurer la décoration. Dans la salle de jeux, l’Italien Salviatti a réalisé une très belle mosaïque sur le plafond composé de cinq coupoles. Les quatre saisons sont représentées dans les tons rouge et or. Dès 1880, le casino abrite un vrai théâtre. Son caractère exceptionnel a permis son classement aux Monuments historiques.

La piscine des anciens thermes, témoin de la richesse de la ville à l’époque et de l’audace des architectes. Un site en pleine rénovation actuellement !

A droite : au Casino Grand Cercle (architecte Pellegrini), jetez un oeil au majestueux escalier puis aux vitraux, aux mosaïques.

Du sol au plafond, un vrai régal pour les yeux.

 

« Aix-les-Bains était autrefois une petite ville savoyarde à l’écart du lac. Son centre-ville est reconstruit autour du thermalisme. »

QUELS BÂTIMENTS EST-IL INTÉRESSANT DE VOIR AU BORD DU LAC ?

Vous verrez de l’Art déco avec la Plage d’Aix, ses champignons douche, ses deux rotondes abritant les cabines. Au Petit Port, l’Aquarium de Roger Pétriaux, construit au début des années 1930, est dans le même style Art déco. À quelques pas de là, on découvre les trois résidences de l’architecte Jean-Louis Chanéac Les Cygnes/les Mouettes/Les Roseaux qui reprennent les lignes de crête des montagnes alentours.

Ses immeubles, comme ses maisons, dialoguent en permanence avec leur environnement. Son architecture est très graphique, car c’était à la fois un architecte et un dessinateur fabuleux.

Ouverte sur le paysage, l’incroyable maison de l’architecte Jean-Louis Chanéac. Des fenêtres imaginées comme des yeux et un escalier évoquant l’intimité féminine.

QU’EST-CE QUI REND AIX-LES-BAINS UNIQUE ?

Aix-les-Bains a été longtemps la reine des villes d’eaux car elle a en main des atouts exceptionnels : un cadre géographique unique, avec un lac sauvage et immense, des montagnes autour. C’est un camp de base pour découvrir une nature généreuse, aller sur le lac contempler les paysages et ressentir des émotions.