Thonon_Fabrice_David_01

Fabrice David, architecte basé près de Thonon-les-Bains, réalise des villas contemporaines avec des volumes très originaux qui se chevauchent et se superposent.
Texte : Patricia Parquet

Fabrice David a l’art d’imaginer et concevoir un habitat résolument contemporain composé de plusieurs « boîtes » qui s’empilent. Avec cette prouesse architecturale comme leitmotiv, l’architecte aime jouer avec les équilibres et mettre en œuvre des porte-à-faux semblables à des acrobaties. Avant d’être un brillant architecte, Fabrice est un sportif de haut niveau. Champion de France de gymnastique acrobatique, il n’a pas peur d’oser défier la gravité. Après de tels exploits, il choisit d’entrer à l’Ecole d’architecture de Grenoble. Il obtient son diplôme et décroche le Prix de la Ville en 1995. Il poursuit par un DEA Ambiances architecturales et urbaines obtenu deux ans plus tard. Il travaillera successivement à Grenoble, Lyon, puis sept années en Suisse.

 « Faire un objet plus qu’une maison »

Thonon_Fabrice_David_04En 2007, il s’installe comme architecte libéral à Messery, près de Thonon-les-Bains, la ville qui l’a vu grandir. Amoureux du Chablais, il voulait lui aussi profiter de ce cadre de vie exceptionnel entre lac et montagne, très inspirant pour concevoir des villas uniques en leur genre. « J’aime relever des défis. Et j’essaie de me surpasser pour chaque projet car je cherche à construire un objet plus qu’une maison », nous avoue-t-il.

Fabrice David a arrêté la gymnastique acrobatique à l’âge de 25 ans pour se consacrer à son métier, mais le sport reste présent dans ses architectures. « Chaque construction répond au mode de vie des futurs propriétaires, aux usages et au site sur lequel il s’inscrit. J’aime trouver un parcours dans et autour de la maison, comme si un ruban se déployait et faisait le tour de la maison pour sceller chaque partie. On retrouve l’esprit des gestes acrobatiques dans mes réalisations qui ressemblent à des boîtes à la recherche d’équilibre et d’acrobatie, caractéristiques des villas avec porte-à-faux, ma marque de fabrique », précise l’architecte de 42 ans.

Actuellement, les villas réalisées se situent toutes en Haute-Savoie. Elles peuvent être minimalistes de forme cubique, rectangulaire, ou alors plus sophistiquées avec des volumes en porte-à-faux qui pivotent créant un jeu de décalage entre le rez-de-chaussée et l’étage.

Fils de charpentier, il aime particulièrement travailler le bois. Soucieux de préserver l’environnement, il dirige ses clients vers des maisons peu consommatrices en énergie. La maison de ses rêves ressemble à un cube blanc, conçu en bois avec du métal rouillé, avec vue sur le lac Léman.

Son plus grand plaisir ? Etre invité par ses clients qui deviennent souvent des amis et constater qu’ils se sentent bien chez eux. Voici le secret de l’architecte voltigeur !