Élu meilleur chalet au monde en Autriche, lors du World Best New Ski Chalet en 2018, ce chalet ne joue pas les coups d’éclat.
Pour la décoratrice Lætitia Crétier, le vrai luxe de la halle des cascades, implanté à Arc 2000, c’est son ampleur et sa proximité directe avec la nature, mises en valeur par de beaux matériaux.

 

 

Là-haut sur la montagne, à 2 140 mètres d’altitude.

Le lieu donne envie de planter ses bâtons de skis et de profiter du temps qui passe.

À la fermeture des pistes de ski, assis devant la cheminée, le plus grand bonheur consiste à regarder le soleil se coucher sur le mont Blanc, à travers les immenses baies vitrées. Au loin, en contre-bas, les lumières de la station brillent de mille feux. Pas de voisin. Juste le sentiment de se sentir seul au monde.

Les remontées mécaniques sont à un jet de pierre et la station d’Arc 2 000 à quelques coups de spatules.

« Les propriétaires, deux figures de la station, m’ont sollicitée pour créer une ambiance dans leur chalet de 400 m2. L’idée : créer une liaison à l’intérieur avec la nature. Le chalet est posé au milieu des pistes de ski. Avec l’architecte Philippe Masson, notre mission a consisté à faire de ce lieu un écrin d’exception, avec des matériaux nobles », explique Laetitia Crétier, décoratrice et directrice artistique du projet.

Difficile d’imaginer qu’autrefois il y avait ici une ancienne bergerie.

Celle-ci n’a pas totalement disparu car les pierres et le vieux bois du bâtiment centenaire ont été récupérés et réutilisés à l’extérieur pour le soubassement et à l’intérieur pour habiller des murs du chalet. Joli clin d’œil au passé.

LA NATURE POUR INSPIRATION

La nature s’invite partout à l’intérieur.

Pour imaginer une ambiance chic, cocooning, inspirée de la nature, la décoratrice a parcouru le site pour en connaître la richesse et la beauté. Elle a découvert le cours d’eau et les cascades qui coulent en été d’où le nom du chalet « La Halle des Cascades ».

La fluidité et la tranquillité ressenties ont été retranscrites dans le salon et les sept chambres.

« Dans chaque espace, j’ai souhaité que les hôtes ressentent cette connexion avec l’extérieur. Pour créer un intérieur en harmonie, il suffit de contempler ce qui nous entoure. J’aime respirer l’air pur de la montagne, me balader en forêt, sentir les parfums, faire du ski hors-piste pour trouver l’inspiration. C’est incroyable tout ce que la nature nous offre. À nous d’ouvrir les yeux et d’éveiller nos sens. »

UNE PASSERELLE SUSPENDUE

Le salon réserve une jolie surprise : une hauteur de 7,90 mètres sous plafond, avec une belle charpente apparente.

Pour exploiter au mieux hauteur et volume, l’architecte Philippe Masson et les propriétaires ont imaginé une passerelle suspendue en métal et en verre, donnant accès à une mezzanine, avec un coin lecture et télévision.

Pour casser l’espace, une grande suspension semblable à une immense goutte d’eau trône au-dessus de la table à manger. La pièce de vie s’articule autour de trois zones ouvertes alternant espaces de partage et coins plus intimes.

Du côté de la cheminée, l’œil est attiré par le gros fauteuil matelassé, dans lequel les hôtes n’ont qu’une envie : se blottir au retour du ski, avec une tasse de thé, le regard plongé au-delà des baies vitrées et attendre le coucher du soleil. On se sent bien, à l’abri.

JEUX DE MATIÈRES ET DE COULEURS

Faire souffler le chaud et le froid.

Pour cela, la décoratrice se plaît à mélanger et à confronter les matériaux et les matières : des minéraux avec les murs de pierre, du bois sur les murs et au sol avec le parquet en chêne massif, du métal dans la verrière de la cuisine, de la laine à travers les têtes de lit, les plaids, les coussins et les rideaux dans les chambres et même des végétaux dans l’une des salles de bain, avec le mur végétalisé au-dessus de la baignoire.

Quant aux couleurs, ce sont les nuances aperçues sur les pierres : vert, beige, marron, gris qui ont servi de référence, rehaussées par le bleu glacier du fauteuil ; un gros fauteuil bleu où l’on se sent comme sous une grosse couverture.

Chacune des sept chambres affiche une couleur apaisante pour mieux reposer l’esprit.

Le papier peint, bleu-vert d’eau pour l’une, cuivré-orangé pour l’autre, habille les deux suites. Des couleurs curry, moutarde et prune prédominent dans les autres chambres. Les tissus en laine offrent les touches de couleur.

Dans le spa, avec piscine, sauna et coin détente, la céramique italienne couvre le sol et les murs.

Nous avons demandé à Lætitia Crétier son endroit préféré dans le chalet. Elle confie avoir un gros coup de cœur pour la suite qui possède un mur végétal au-dessus de la baignoire et où l’on peut se brosser les dents face au mont Blanc ! Une vue juste incroyable.

C’est peut-être ça le luxe d’aujourd’hui.

 

 

 

Texte : Patricia Parquet
Photos : Louis Garnier