Un professeur d’architecture nous dirait que sa discipline est « un processus complexe qui implique, au-delà de sa mise en forme, la prise en compte de multiples facteurs d’ordres physiques, psychologiques, sociologiques, historiques, culturels, économiques, écologiques. » Ce n’est pas faux, très théorique, mais c’est bien là le rôle du prof.

Dans la vraie vie, envisager l’architecture est moins narratif dirons-nous, le candide qui pilote un projet immobilier à vocation personnelle est dans le PLAISIR, il veut de l’ACTION, faut que ça AVANCE ! Il faut dire aussi que l’expérience mérite d’être vécue, quel plus beau cadeau en effet que de projeter son toit, imaginer son chez soi, son ESPACE, décorer ses nuits de rêves d’agencement plus fous les uns que les autres, s’arrêter sur chaque page de magazines déco pour chercher l’inspiration ?

C’est là que, sans le savoir, le non initié et l’architecture se rejoignent, car cette agitation autour du projet c’est bien de l’architecture, qu’elle soit globale, intérieure ou extérieure. Sans le savoir vraiment, on plonge en effet dans cette discipline complexe en embrassant à la fois des aspects techniques, fonctionnels et esthétiques. « Firmitas » (solidité), « utilitas » (commodité) et « venustas » (beauté) disait déjà l’architecte romain Vitruve dès le 1er siècle avant J.-C.

Comme l’architecte, le quidam se met alors à traduire son époque en espaces. Le Corbusier, lui, disait pour résumer : « L’architecture est le jeu savant, correct et magnifique, des volumes sous la lumière. » À vous de créer les vôtres avec l’aide de professionnels qui vous guideront et quelques idées cosy qui, on l’espère, feront partie de votre futur espace !

Claude Borrani

Découvrez le sommaire du Cosy City spécial Architecture