Plus de 50 ans après sa création, Avoriaz se dote de son deuxième hôtel, le MiL8****. Version contemporaine de l’architecture mimétique de la station, il est bien typique d’Avoriaz.

Texte : Patricia Parquet Photos : Karine Creuzet

L’hôtel MiL8 donne l’impression d’avoir toujours été là. Situé à l’entrée de la station, il crée le lien entre le quartier de la Falaise et le centre-station. L’architecte Hervé Marullaz de Morzine – également copropriétaire de l’hôtel avec son épouse et un couple d’amis – a souhaité intégrer le plus possible le bâtiment dans l’architecture mimétique typique d’Avoriaz. On aime les toitures de mélèze en cascade sur l’ensemble des volumes, les balcons revêtus de tuiles de bois en red cedar et l’alignement d’oculus en façade. Avec beaucoup d’humilité, l’architecte et fils d’architecte (dont le reste de la famille est hôtelier) nous confiera :

« Je n’ai pas la prétention de faire mieux que ce qui a été fait à l’origine par l’équipe de Jacques Labro. »

COMME SUR UN NUAGE

En pénétrant dans le lobby, le regard est happé par les suspensions aériennes en forme de nuages avant de se poser sur l’immense cheminée en acier corten qui grimpe jusqu’à 12 mètres de haut.

« Pour imaginer cette composition, nous avons repris les volumes en 3D et avons travaillé tous les points de vue, depuis l’entrée et les coursives dans les étages », expliquent Catherine et Jérôme Clermont de l’atelier Obermant, chargés de l’aménagement intérieur.

Les détails se révèlent au fur et à mesure de la découverte des espaces. Ouvrez l’oeil et vous découvrirez ce mélange de lignes brisées et de formes rondes disséminées un peu partout.

« Les visiteurs ne remarqueront peut-être pas chaque détail, mais ils les ressentiront », soulignent-ils.

UN URBAIN À LA MONTAGNE

Pièce maîtresse de l’établissement, le bar est judicieusement installé à côté de la réception et sert de trait d’union avec le salon.

« Nous aimons ces lieux où l’intérieur et l’extérieur se mélangent, offrant une vraie vie d’hôtel. Nous présentons ici la montagne urbaine, avec un bar qui est un vrai rêve de bar d’hôtel », précisent Karine Zégrir et Odile Marrulaz, codirectrices de l’établissement.

Côté salon, une immense photo panoramique recouvre le mur ; l’originale – une photo d’Avoriaz – a été prise d’avion par Jean Vuarnet, le champion olympique qui a trouvé le site d’implantation de la station. Les décorateurs ont rencontré son fils qui leur a donné accès aux archives de son père. Jérôme Clermont, décorateur, graphiste, plasticien et designer, a retravaillé la trame avec des ronds que l’on retrouve un peu partout dans l’hôtel.

SE BAIGNER DANS LE PAYSAGE

« C’est notre rêve d’hôtel à la montagne. L’architecture du bâtiment nous a permis d’imaginer des ambiances différentes, avec le choix d’une décoration intemporelle dont on ne se lasse pas. Dans les nombreux espaces, nous avons cherché à mettre en valeur des matières. La lumière joue un rôle important dans notre travail », précisent Catherine et Jérôme Clermont, qui ont choisi des luminaires en albâtre des Pyrénées pour éclairer le bar et les tables du restaurant.

Pour bénéficier de la vue sur les montagnes, l’espace bien-être est réparti sur plusieurs étages. Se relaxer dans le sauna vitré, se faire masser devant la baie vitrée face au coucher de soleil ou nager à contre-courant dans le bassin extérieur à débordement face aux skieurs assis sur les télésièges, font partie des joyeuses expériences à vivre.