Une architecture simple et épurée qui s’intègre tout en douceur et modernité au paysage environnant : et si c’était avant tout ça une maison réussie !

La matérialité de béton brut du niveau inférieur est un clin d’œil aux fondations de pierre des vieilles granges de bois qui sillonnaient jadis le paysage. Ce socle sert également d’assise à l’entrée principale et il abrite les salles techniques de la maison. Juchés sur ce podium, les deux niveaux supérieurs sont revêtus d’un parement de bois teint en blanc. Le bois revêt des textures lisses, brutes ou ajourées selon les façades, amenant légèreté et gaité à la maison.

Les quatre chambres de la maison ont été localisées à l’étage central afin de maximiser le panorama des pièces de vie qui sont situées au dernier niveau. La cuisine et la salle à manger bénéficient ainsi de beaucoup de fenêtres à 360 degrés tandis que l’espace de séjour est logé dans un porte à faux vertigineux dont la forme singulière évoque la structure des ponts vernaculaires.

Une maison plurielle

Ce perchoir permet ainsi de profiter des couchers de soleil enchanteurs et des reflets miroitants de l’étendue d’eau voisine. Cette résidence moderne mais champêtre est l’expression de l’atmosphère recherchée par son propriétaire. La convivialité et les échanges familiaux, amicaux et, parfois, professionnels, sont favorisés par la composition qui juxtapose d’une manière simple et sensible les lieux de vie communs et les espaces plus privés (chambres).

L’usage abondant de vitrage soutient une perception constante du contexte naturel, dont le lac et la forêt, à l’intérieur de la résidence. L’utilisation de matériaux naturels tels que la pierre, le bois et l’acier dans des formes épurées et originales lie le bâtiment à la nature et invite à la contemplation.

On distingue mieux encore sur cette image l’immense porte à faux qui accueille le salon. 

Texte : Jérôme Plumé
Photos : Adrien Williams
Architectes : ACDF Architecture