Rénover, c’est avant tout diminuer ses consommations d’énergie, réduire son impact sur l’environnement et améliorer son confort. Pour fixer vos priorités et mener à bien votre projet , voici quelques pistes délivrées par un conseiller Info-Énergie.

Texte : Patricia Parquet Illustrations : nish-design.com

Éviter les erreurs, se poser les bonnes questions

Avant tous travaux, il est important de passer du temps à comprendre ce qui vous attend. Quand on rénove, les travaux sont soumis à une réglementation thermique (RT). En neuf, il s’agit de la RT 2012. En rénovation, on est soumis à la RT de l’existant par élément qui est moins exigeante. Cette règlementation fixe des seuils à atteindre, mais on peut aller plus loin pour se rapprocher des normes en vigueur et bénéficier d’aides financières et fiscales.

La prochaine réglementation, la RT 2020, intègrera entre autres toute l’énergie liée au bâtiment (les matériaux, le transport, la consommation d’énergie sur le chantier, le transport des déchets, la déconstruction…). Les principales sources de déperdition de chaleur d’une maison mal isolée sont les parois (toiture, murs, vitrage, plancher), les ponts thermiques (1) et le renouvellement d’air. Commençons par nous préoccuper de l’enveloppe de la maison qui est considérée comme son manteau.

(1) Ponts thermiques : points de jonction (entre deux murs ou un mur et le plancher) où l’isolation n’est pas continue et qui provoquent des pertes de chaleur.

isolation thermique illustration maison rénovation consommation d'énergie

Isoler la toiture

Une maison, peu ou pas isolée, perd environ 30% de la chaleur par le toit. Isoler la toiture est la première étape pour réaliser d’importantes économies d’énergie.

Sachez que plus on est étanche à l’air, moins l’air est renouvelé car les fuites participent à l’aération. Le risque est de voir apparaître de l’humidité. La vapeur d’eau se condense dans les murs ou sur les murs et dégrade la qualité de l’air. Il faut donc aussi veiller à ce que la ventilation fasse bien son travail et si besoin la renforcer ou la changer.

Si les combles ne sont pas aménagés, on isole le sol par soufflage. Cela consiste à projeter un isolant sur l’ensemble de la surface. Avantages : rapide, efficace, évite les ponts thermiques. Sinon, il faut isoler le toit le long de la pente à l’intérieur si c’est possible ou à l’extérieur. L’isolation par l’extérieur est la plus chère car il est nécessaire d’adapter la charpente et reposer la toiture.

Le conseil d’Info-Energie : « Rappelons qu’un isolant sert à protéger du froid l’hiver et de la chaleur l’été. Plus on vieillit, plus on est sensible aux variations de température. D’où l’intérêt de bien choisir les isolants notamment sous la toiture. Tous les isolants se valent en hiver, mais pas toujours pour les températures chaudes de l’été. »

Isoler les murs

Il existe deux solutions : isoler par l’intérieur (c’est moins cher, compter environ 100€/m²) ou par l’extérieur (compter près de 150€/m²).

  • L’isolation par l’intérieur présente quelques inconvénients. On perd plus de 10 cm de surface sur un mur soit plusieurs mètres carrés par pièce. Quand on connaît le prix du m² acheté en montagne, cela fait réfléchir. Si on opte pour cette solution, il faudra revoir l’électricité et les équipements (déplacer les radiateurs, les gaines électriques…). Cette solution est moins performante car elle crée des ponts thermiques.
  • L’isolation par l’extérieur a l’avantage de supprimer une partie des ponts thermiques (sauf le balcon). Il faudra redimensionner les garde-corps du balcon et les glissières. Les décors de façade sont perdus. On peut aussi profiter de cette intervention pour changer l’aspect de sa maison et mettre un bardage bois, idéal dans un paysage de montagne.

Le conseil d’Info-Energie : « Prévoir la couche de finition : bardage ou crépi. Il existe des crépis isolants comme le béton de chanvre. Le mur s’épaissit d’une surcouche isolante. »

Privilégier un chauffage performant

Les besoins en chauffage sont réduits dès que l’enveloppe est isolée. Pour en bénéficier pleinement, prévoir un chauffage adapté aux nouveaux besoins. Profitez des incitations financières pour acheter une chaudière de puissance réduite, exemple une chaudière basse température (gaz ou fioul).

Une rénovation, c’est l’opportunité d’abandonner une énergie fossile au profit d’une énergie renouvelable. La démarche est encouragée par des aides financières.

  • La pompe à chaleur va chercher la chaleur dans l’air ou dans le sol. En rénovation, il est préconisé la solution air/air, plus facile à mettre en œuvre mais pas la plus efficace.
  • La solution eau/eau consiste à prélever la chaleur dans la nappe phréatique grâce à un forage qui la transfère, via la pompe à chaleur, au circuit d’eau chaude de l’installation de chauffage.
  • Le solaire thermique peut aussi convenir en montagne. On installe des panneaux solaires avec un fluide qui circule, capte la chaleur du soleil et la cède au réseau de chauffage intérieur. Il faudra combiner ce système avec autre chose selon la taille de l’installation solaire thermique qui peut ne pas être suffisante.

Le conseil d’Info-Energie : « L’idéal est d’avoir un plancher chauffant basse température, qui permet de supprimer les radiateurs. C’est un bon choix car les radiateurs sont une contrainte pour la décoration. Attention, au choix du revêtement de sol. En choisissant le chauffage, il faudra aussi se demander s’il est séparé ou non de la production d’eau chaude sanitaire.»

Changer les fenêtres , les portes

Et aussi toutes les ouvertures qui donnent sur l’extérieur. Quand changer ses fenêtres ? Si elles ont plus de 15 ans ou si vous avez du simple vitrage, il est temps de rénover ! La fenêtre est divisée en deux parties : la partie mobile (la fenêtre) et la partie fixe (le dormant). On vous conseille la technique dite « en pose complète » qui consiste à changer entièrement la fenêtre et pas forcément au même endroit si on a réalisé une isolation par l’extérieur. Le triple vitrage est plutôt préconisé côté nord. Sachez que les fenêtres sont plus lourdes et plus chères. Il faut toujours prendre en compte la proportion d’énergie solaire qui traverse la fenêtre afin de l’optimiser.

Le conseil d’Info-Energie : « Même si les anciennes fenêtres ne possédaient pas de ventilation, il faudra envisager la question de la ventilation : dans le châssis ou en VMC».

Isoler le sol

Quand c’est possible, isoler le sol par le dessous : isolation des planchers sur le vide sanitaire, isolation des planchers sur terre-plein ou isolation des planchers sur un garage ou un local non chauffé.

Soigner son éclairage

L’éclairage représente 12% des consommations électriques d’un logement (hors chauffage et eau chaude. Source : Ademe).

Pour réduire sa consommation, il est conseillé de choisir des lampes fluocompactes (lampes basse consommation qui consomment 4 à 5 fois moins d’énergie pour un éclairage équivalent) ou encore mieux des Leds. Ces dernières sont réputées plus performantes, plus écologiques, avec une durée de vie bien supérieure aux autres technologies.

Le confort thermique

C’est la différence entre la température de l’air et le ressenti. Il peut faire 3°C dehors et vous avez l’impression qu’il fait moins de zéro. C’est pareil à l’intérieur. Il s’agit de la moyenne entre la température de l’air et des parois. Les vieilles fenêtres sont de vraies passoires. Même en chauffant à 20°, vous aurez toujours froid. Pour être bien, vous serez obligé d’augmenter le chauffage. En isolant les murs, la température ambiante sera plus tempérée et avec une température de l’air identique, on se sentira bien mieux.

 

CONTACTS :
Un espace Info-Energie est un lieu d’information et de conseils gratuits. Les conseillers sont tous des spécialistes indépendants qui vous renseignent sur l’habitat, les gestes économes, la maîtrise de vos consommations d’énergie, les énergies renouvelables, la mobilité, la consommation responsable et les aides financières. Venez les rencontrer avec votre projet d’habitation, vos questions, vos doutes et ils vous présenteront des solutions. Il existe un Espace Info-Energie par département.

Pour en savoir plus : www.infoenergie-rhonealpes.fr

EN HAUTE-SAVOIE :
Prioriterre, tél. + 33 (0)4 50 67 17 54.
EN SAVOIE :
Asder, tél. +33 (0)4 79 85 88 50.
EN ISÈRE :
Ageden, tél. +33 (0)4 76 23 53 50.