Les_Combles_de_Juliette_07
En abordant ce projet les architectes ont soigneusement étudié la composition du bâtiment existant pour identifier les additions successives ayant tour à tour resserré l’espace de vie depuis 1880.
L’entre-toit, le grenier, qui occupait une hauteur de plus de cinq pieds était composé d’une toiture à bassin superposée à la toiture en pente d’origine ainsi que d’une série de couches épaisses de goudrons. En remplaçant la structure existante par de nouvelles fermes ajourées, les architectes ont pu élever à treize pieds la hauteur du plafond du troisième étage. L’espace devenu lumineux par l’intégration d’un grand bandeau de fenêtre au niveau de l’ancien entre-toit loge un studio d’artiste en plus de la chambre des maîtres.



Addition

L’étage s’organise de part et d’autre d’un petit volume de service enveloppé de tablettes en bois. La déconstruction soignée de la charpente de toit a permis de transformer les vieux madriers en de longues tablettes huilées.

La patine usée du bois centenaire est mise en évidence par les contrastes et l’abstraction des planchers et murs blancs. L’étagère qui serpente autour de la douche semble protéger un intérieur secret. Coupée en deux par un toit de verre trempé, ce volume accueille en plus de la lumière naturelle, une douche en mosaïque de marbre, son lavabo et deux penderies.

Abstraction et texture


Si l’intervention principale se déploie au dernier étage, dans le grenier, les architectes ont ciblé plusieurs situations çà et là dans toute la maison visant la mise en valeur de la texture des composantes d’origines et de la beauté des ouvrages de bois. Même si les textures varient, elles se lient par l’ajout d’un fini blanc, neutralisant et créant par le fait même une toile de fond.

Milieu de vie sur mesure
Les changements introduits dans la maison permettent de concilier les dynamiques familiales contemporaines. Pour cela a été créé un milieu de vie sur mesure en repensant les distributions intérieures. Avec sa grande porte coulissante, un petit salon peut se transformer en chambre. En créant des quartiers distincts pour les enfants et les parents, une nouvelle intimité s’est installée dans la demeure. Ce projet met de l’avant une intervention, qui, malgré sa petite échelle, affirme avec force et douceur l’expression d’une architecture locale. Juliette est aux combles !

– Architecte : L. McComber ltée
Photos : Steve Montpetit – V2com


Retrouvez cette visite privée dans Cosy City #17, avec plein d’autres reportages !