Le chalet d’Emilie et Livio Capaldi se dresse fièrement au bout de la station des 2 Alpes, à quelques enjambées de la falaise. Son architecture est atypique, plusieurs décrochés de toitures abritent trois étages, avec six demi-niveaux.

— Texte : Lorène Herrero

En 2012, ce projet est un nouveau challenge pour les Chalets Bayrou : construire une résidence principale pour le couple, avec une implantation hors-norme. Emilie et Livio Capaldi ont contacté l’entreprise familiale pour sa signature : un chalet en ossature bois avec une charpente structurelle et apparente. Le bâtiment est entièrement réalisé en mélèze, assemblé par des compagnons du tour de France des Chalets Bayrou.

« Nous avions vu des chalets en mélèze naturel et toit de bardeaux, mais aucun constructeur des 2 Alpes ne proposait cela. Nous avons découvert et testé un chalet d’Anne Bayrou, cela a été le coup de coeur ! Nous avions la chance d’avoir peu de contraintes : un terrain bien exposé, pas de limite de COS (coefficient d’occupation des sols) et l’envie de quelque chose de moderne, pas d’un chalet traditionnel », explique Livio Capaldi.

La Muzelle de plain-pied

Pour l’extérieur, la toiture est faite entièrement de bardeau de mélèze et le bardage est réalisé en bois brut de sciage. Le soubassement des murs est composé de pierres de luzerne italienne. Sur ce terrain en pente, l’entrée du chalet est à l’arrière. À l’intérieur, un escalier imposant serpente autour du conduit de cheminée apparent. Cette « colonne vertébrale » dessert les trois niveaux. La pièce à vivre de plain-pied offre une vue imprenable sur la Roche de la Muzelle et ouvre sur une belle terrasse dotée d’un jacuzzi avec son plancher escamotable.

« Nous sommes partis d’un croquis que j’avais réalisé avec la disposition des pièces. L’idée était que toutes les pièces soient exposées au sud, avec une vue sur la Muzelle. Ce qui au final, est le cas, sauf pour le garage et la buanderie. C’est notre première maison et nous avions une idée bien précise. Nous l’habitons à l’année et aimons bien recevoir, dans une belle pièce à vivre, autour de la cheminée, ou dans la cave à vin… Souvent ce qui me choque dans les chalets c’est que le salon soit à l’étage. Nous voulons profiter de la verdure et de la terrasse. Chaque chambre est conçue comme une suite, avec une salle de bain. Nous avons souhaité une chambre d’amis avec une entrée indépendante ».

La cheminée est imposante, en métal et vieux bois. Ces deux matériaux composent également les meubles de cuisine, réalisés sur mesure et rehaussés d’un plan de travail en granit noir. Sobre et efficace. Les décrochés de toiture ont permis de créer différents univers : coin bibliothèque et télé, cave à vin, piscine intérieure… Le dernier étage abrite la chambre des maitres de maison, avec un grand dressing, un bureau et une douche ouverte sur la vue. Le dressing et la salle de bain n’ont pas de plafond et s’ouvrent sur la charpente.

« Avec trois ans de recul, nous apprécions tout dans notre maison, la manière dont on y circule, le soleil et la vue qui est présente partout. Il y a aussi l’esthétisme et nous avons été bien conseillés par Julie Bardon de l’agence JMV Resort. La modernité est apportée par les meubles qui jusqu’aux luminaires restent dans des lignes rectangulaires ou carrées. Nous avons résolument choisi des couleurs neutres. Nous avions peur de nous lasser, les modes passent et les couleurs changent. Les murs en béton ciré apportent de la matière mais dans des teintes intemporelles », ajoute le propriétaire.

Julie Bardon a travaillé chacun des matériaux. Ce souci du détail apporte une touche contemporaine aux matériaux traditionnels. L’architecte d’intérieur de JMV Resort a également apporté un soin particulier à l’éclairage. « La lumière est un point souvent compliqué dans les chalets. C’est le point fort de Julie. Son travail a permis de souligner les matières : le bois, le béton ciré des murs… Bien éclairé, le travail de l’artisan est magnifié, comme le brossage du bois ou la qualité du béton ciré. », explique Anne Bayrou, de l’entreprise de construction.

Retrouvez cet article et bien d'autres dans Cosy Mountain #34