Catherine et Thomas Guldvik ont construit une authentique cabane dans les montagnes norvégiennes de Bangdalen , au nord de Trondheim . En reconstruisant une ancienne grange datant des années 1880 et en ajoutant un nouveau bâtiment au charme original en 2015, ils peuvent maintenant profiter des étés et des hivers dans leur chalet tout à fait unique , en pleine nature.

Une réhabilitation menée selon les principes authentiques de l’artisanat norvégien, avec des outils à l’ancienne , le tout réalisé par la famille elle -même pendant deux étés et un hiver.

Texte : Christina B. Kjeldsen . Photo : Ina Skjefte /Living Inside

chalet norvégien fauteuil bois intérieur tableau

Thomas Guldvik a préparé la motoneige et nous attend dans l’allée qui mène jusqu’à la maison familiale, à quelques heures au nord de la ville norvégienne de Trondheim. Thomas a accroché un traîneau et l’a préparé avec des peaux de rennes confortables et chaudes. Il nous donne deux casques à porter pour la balade.

Nous nous dirigeons vers la cabane familiale, qui se trouve à seulement 20 minutes en motoneige à travers les bois et les montagnes de la vallée. Enfin, au sommet d’une petite colline surplombant un lac, Catherine se tient devant la cabane familiale, un projet affectif, construit selon les vieux principes artisanaux norvégiens et avec des matériaux recyclés provenant de divers bâtiments anciens de fermes familiales.

Tout a commencé avec la petite grange de la maison d’enfance de Thomas dans le village de Salsnæs, une simple cabane en bois rond que la famille avait démontée et ramenée à Bangdalen, tandis que leurs idées et leurs rêves pour le projet de cabane prenaient forme. La famille Guldvik voulait une cabane différente, une cabane construite selon les traditions artisanales norvégiennes authentiques et avec autant de matériaux de construction anciens et recyclés que possible.

« J’aime voir l’âme, le temps et toute l’énergie qui se trouve dans un bâtiment, et je suis passionné par les vieux métiers. Ils sont l’expression des traditions et un art particulier », dit Thomas. Catherine partage : « J’aime particulièrement les lignes imparfaites, l’expression du travail de la main. Les nouveaux bâtiments, où tous les angles sont parfaits et toutes les surfaces lisses, ne sont pas aussi beaux à mes yeux, ils sont trop parfaits, presque faux », dit-elle.

La reconstruction de la grange

Catherine et Thomas ont trouvé un terrain élevé dans une belle région de la vallée de Bangdalen, avec vue sur un petit lac, des montagnes et beaucoup de soleil. Ils ont reconstruit l’ancienne grange lors de leur premier été sur le site.

Une partie de l’ancien bois a dû être remplacée, Thomas et son fils aîné Even ont donc coupé des arbres autour de la cabane et ont effectué tout le travail du bois eux-mêmes. Ils utilisaient exclusivement des outils authentiques qui pouvaient correspondre à ceux avec lesquels la grange a été construite il y a environ 150 ans.

« Je pense que c’est génial de construire selon les principes d’origine, c’est d’autant plus authentique », dit Thomas.

chalet norvégien bois

La cabine est primitive avec l’électricité des panneaux solaires et l’eau de la rivière. La petite salle de bain, cependant, est meublée comme une jolie petite salle de bain avec des meubles faits à la main et de beaux détails provenant des fermes familiales. Réservoir d’eau de Magasin.

Lors de la reconstruction de la grange, la famille s’est d’abord installée dans une petite cabane primitive jusqu’à ce qu’elle puisse terminer la nouvelle partie de la cabane l’été suivant, soit une cuisine et un salon à haut plafond conçus par Catherine.

« Je passe beaucoup de temps à lire des magazines d’intérieur et à suivre divers blogs sur le design, l’artisanat et l’architecture, alors je suis toujours inspirée. L’ancienne grange a été un bon guide pour créer un lien avec la nouvelle cabane qui devait procurer la même sensation », explique Catherine.

Le défi consistait surtout à relier l’ancienne grange à la nouvelle partie de la cabane, où des sections de bois de 7 à 800 kg devaient être installées dans la structure du toit.

« Faire se rencontrer l’ancien et le nouveau, avec tous les angles asymétriques de l’ancienne grange, c’était difficile, c’est le moins qu’on puisse dire. Je me suis assis là-haut avec une petite hache et j’ai coupé les billots au fur et à mesure que nous les posions », raconte Thomas.

Les fils de Catherine et Thomas, Even et Julian, partagent les goûts de leurs parents et ont euxmêmes joué un rôle important dans le projet du chalet. Even a même été le maître à penser de la cuisine.

« C’ est mon endroit préféré dans la cabane. Parce que c’est un bel endroit et parce qu’ Even l’a conçu et construit tout seul avec du vieux bois de la ferme de mes frères. Je pense qu’il a fait un travail parfait », dit Catherine assez fière.

Ni Catherine ni Thomas ne peuvent s’en empêcher, ils continuent simplement à identifier des détails spécifiques, à raconter des anecdotes du processus de construction ou des histoires sur la provenance des matériaux. Comme les bancs de la table à manger que le père de Catherine a construit avec le vieux plancher de bois de la maison où les grands-parents de Thomas ont célébré leur mariage.