Ce petit appartement sur deux niveaux est situé dans un immeuble pierre, en plein cœur d’un centre historique comme il en existe tant en France. Le défi de cette réhabilitation était de concevoir un petit espace dans lequel toutes les fonctions d’un grand y seraient présentes.

Sa principale potentialité résidait dans sa grande luminosité.

Ceci s’explique par ses 10 fenêtres qui lui permettent de bénéficier de toutes les orientations (nord, sud, est, ouest) et lui confère un caractère chaleureux.

« Nous avons proposé un bois clair et sobre comme matériau principal, venant ainsi renforcer cette ambiance. Ce sont pour les mêmes raisons que nous avons proposé de conserver et retravailler le parquet en châtaignier existant, en venant révéler sa teinte subtilement dorée, singulière à cette essence de bois« , précise les rachis, Mickaël Martins Afonso & L’atelier miel

« La lumière se reflète alors dans les murs et volumes habillés de blanc, jouant avec le bois, qui se pare de tonalités et nuances différentes selon le moment de la journée, telles des mises en scène successives de ce volume. Le fait d’utiliser ces teintes claires sur toutes les surfaces, a contribué à agrandir visuellement l’espace. »

 

« Optimisation de l’espace»

Cette contrainte de l’espace restreint a guidé aussi les concepteurs vers des solutions induisant de nouvelles formes d’appropriation de l’espace par les usagés.

Cela se matérialise par la création de plans sur différents niveaux, servant à s’asseoir, s’allonger, travailler, manger…

Ainsi, ils sont parvenus au dessin de deux bandes construites parallèles, générant l’espace du séjour au milieu.

La première, se développe le long du mur, offrant une grande bibliothèque, posée sur un podium, permettant d’une part de s’asseoir, de monter dessus pour accéder à la bibliothèque, de ranger ou sortir la table de la salle à manger, et d’accéder à la pièce de lecture. Sous le podium sont dissimulés de nombreux rangements sur roulettes, facilement accessibles.

La pièce de lecture, à l’extrémité, faite de petites bandes de matelas disposées sur le podium, donne vie à un véritable cocon, appelant à la détente. En dessous, se cache un bureau d’appoint, comprenant tous les rangements nécessaires, et offrant un espace de travail agréable, naturellement éclairé.

Celui-ci  peut se refermer rapidement à l’arrivée d’invités par exemple, afin qu’ils ne puissent même pas soupçonner son existence, tel un décor de théâtre que l’on changerait à sa guise.

La seconde bande construite, sur le mur opposé, articule, la buanderie, la cuisine et l’escalier.

La buanderie étant une petite pièce haute sous plafond, elle fut investie sur l’ensemble de son volume. Sur un des murs, s’organisent des rangements sur toute la hauteur, avec en plafond, des éléments rétractables servant à étendre le linge.

 

Dissimulation et discrétion

La cuisine, elle, se matérialise telle une péninsule autour de laquelle tous les éléments sont accessibles, profitant de son plan de travail qui se déploie, afin d’y accéder depuis tous les côtés. Cet espace se veut discret en minimisant son impact,  quand l’heure n’est pas au repas. Tous les électroménagers sont donc intégrés mais dissimulés, dans cet optique.

L’escalier n’échappe pas à la règle, et recouvre de nombreux rangements. Un volume blanc en hauteur, délimite l’emprise de la cuisine et l’articule avec l’escalier en se retournant en garde corps.

A l’étage, face au palier, la cloison s’épaissit se transformant en véritable meuble sur toute la hauteur, générant l’espace de la chambre tout en la séparant des autres pièces. Un petit volume pénétrant en bois, dans l’angle opposé de la chambre renferme le dressing.

Les portes sur pivot séparant la chambre et les toilettes, s’effacent dans l’espace, prenant l’apparence d’un mur continu.

Le mur du fond des toilettes se dessine tel un ruban depuis le sol, dans lequel on retrouve des rangements.

Le marbre fait son apparition dans la salle de bain. Celui-ci prend une texture sablée, lui conférant un aspect brut, tout en gardant les dessins de veinage qui lui sont propres, lui donnant ainsi une apparence contemporaine et sobre, en harmonie avec le reste de l’appartement.

Une des particularités de cette salle de bain, est sa fenêtre supplémentaire dans la douche, inondant ce petit espace de lumière, lui procurant ainsi une toute autre dimension.

Tout a été pensé et conçu dans le détail, afin que chaque chose trouve sa place et ne vienne encombrer l’espace libre. Il en résulte, un véritable lieu appelant à la détente, où toutes les surfaces sont à investir : on peut aussi bien s’allonger sur le podium du séjour, qu’au-dessus de la cuisine…

 

 

Texte : Myriam Ocléo
Photos : Mickaël Martins Afonso