Cette ferme typique du 17ème siècle se dresse sur un versant sud avec vue sur les montagnes vallonnées environnantes de la forêt de Bregenz, en Allemagne.

Ces bâtiments agricoles parsèment le paysage et nombreux sont ceux qui sont désormais reconvertis à des fins résidentielles.

C’est aussi le cas de cette maison traditionnelle qui se fond avec assurance dans le coteau.

Espace ouvert

Le loft est un vaste espace ouvert, sans murs – seul le coffret de rangement intègre l’escalier menant aux pièces adjacentes.

Le loft est caractérisé par un grand cadre de fenêtre de 8x4m qui offre une vue imprenable sur le village et les montagnes. En été, les fenêtres peuvent être démontées.

Le salon se confond ainsi avec l’espace extérieur qui s’ouvre sur le paysage au-dessus des marches des sièges. Le lien visuel vers l’extérieur se confirme également au premier étage, directement du lit, de la baignoire et du bureau.

Au final, l’idée de loft s’avère excellente car elle permet de créer un bâtiment minimaliste où l’on retrouve néanmoins l’essentiel d’une maison, tout en apportant une sensation apaisante et une atmosphère douillette.

Bien loin du logement normalisé, ce loft est une véritable déclaration de vie différente, pensée autrement avec des moyens simples pour produire de la « qualité de vie » comme disent les propriétaires.

La salle est conçue pour offrir différents parcours de vie, comme si le cadre était variable et pouvait s’adapter à la surface d’un studio ou d’une maison familiale…

Sobriété allemande

La construction ossature bois avec isolation naturelle est imbriquée dans l’habitacle avec des panneaux de bois brut scié d’une largeur allant jusqu’à 46 cm… en omettant volontairement la garniture intérieure.

De même, la rénovation des sols a d’abord répondu à un souci de simplicité : l’ancienne dalle de béton de la grange au rez-de-chaussée a été rafraîchie et des planches de bois massif ont été utilisées au niveau de la mezzanine comme plancher fini.

C’est cette sobriété qui donne son caractère au loft.

Sobriété écologique aussi : moins de cinq kilomètres séparent le lieu d’origine de prélèvement du bois et cet habitat durable pour plusieurs décennies.

 

 

Photos : Christoph Theurer