Julia Jamrozik et Coryn Kempster, les deux designers–architectes à l’initiative de cette maison pas comme les autres, sont des habitués de la création d’espaces qui interrompent l’ordinaire de manière engageante et ludique.
La preuve avec cette habitation qui semble s’élever, légère, dans le ciel !

 

Négociant la topographie escarpée d’un site lacustre, cette maison de vacances se compose de deux volumes superposés.
Le volume inférieur se niche dans le paysage, de sorte qu’il est à peine visible à l’approche de la maison.

Le volume supérieur, lui, repose sur celui du bas et sur une jetée en béton pour former à la fois un pont et un porte-à-faux.

Cette stratégie de regroupement permet un accès et une perméabilité accrus du site et souligne la relation de charge entre le bâtiment et le sol.

Espaces ouverts et fermés

Le volume supérieur contient des espaces de vie et s’ouvre vers le lac tandis que le volume inférieur est plus fermé et abrite des chambres. Répondant au besoin d’accessibilité pour les personnes handicapées, tout en pensant à la capacité des clients d’utiliser l’immeuble dans le futur, un bureau/chambre et une salle de bains accessible sont fournis au niveau principal.

Le toit du bar inférieur devient une terrasse permettant des vues élevées et une connexion directe aux espaces de vie.

Jeux de lumières

Les puits de lumière inspirés de l’univers de l’usine sont tournés pour permettre à la lumière du nord d’entrer alors que les panneaux solaires sont tournés vers le sud afin que la maison puisse générer sa propre énergie. La combinaison de lucarnes verticales et d’une façade entièrement vitrée orientée vers le sud crée un intérieur généreux.

Un passage couvert ombrage le mur de verre principal du soleil d’été tout en laissant le soleil d’hiver, plus bas, chauffer passivement le sol en béton teint foncé.

Des matériaux simples, à faible entretien et à longue durée de vie ont été utilisés sur la façade, notamment un toit métallique réfléchissant à joints debout et un revêtement en bois traité (pétrifié), tandis que l’intérieur est revêtu de contreplaqué sans formaldéhyde.

Des éléments ludiques sont placés ici et là dans la maison, comme un socle en briques émaillées pour le poêle à bois, des patères colorées et un banc d’établi personnalisé sous le toit.

 

 

Texte : Lucie Bastide
Photos : Doublespace Photography